Cheveux longs

Les cheveux longs est une coiffure adoptée par les femmes et les hommes de tous temps mais dont la popularité et la signification sociale change selon les cultures et les époques.



Catégories :

Type de coiffure - Coiffure

Recherche sur Google Images :


Source image : www.vioo.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le forum sur la beauté des cheveux longs est un espace d'échange bon enfant dédié aux hommes et femmes passionnés de cheveux longs et/ou de la beauté des ... (source : coupe-de-cheveux)
  • On parle de cheveux longs couper gars sur le forum :, , [COIFFURE] Les cheveux longs... plusieurs ont les cheveux "longs"...  :) est -ce que vous pouvez.... c'est pour rire HOMMES OU FEMMES par ici... j'ai un probleme qui me chagrine à ... (source : djgwada)
  • pr nous, inconsciemment un homme aux cheveux longs est efféminé et par conséquent sera un mauvais... c est comme pour les femmes aux cheveux tres courts dont je fais... (source : fr.answers.yahoo)
Autoportait de Dante Gabriel Rossetti

Les cheveux longs est une coiffure adoptée par les femmes et les hommes de tous temps mais dont la popularité et la signification sociale change selon les cultures et les époques. Dans certaines cultures occidentales, une femme dont les cheveux arrivent dans le cou, par exemple, peut être reconnue comme n'ayant pas les cheveux longs alors qu'un homme avec la même longueur de cheveux sera perçu comme ayant de longs cheveux. La longueur des cheveux joue un rôle social de signe d'intégration ou de rébellion face aux normes.

Histoire

La taille des cheveux est à l'origine de règles, d'interdits ou de contraintes, religieuses ou sociales, qui changent selon les cultures et les époques mais également selon les sexes.

Le cas des hommes

Dans un passage du Nouveau Testament (Corinthien), les cheveux longs sont reconnus comme honteux pour un homme alors qu'ils sont encouragés pour les femmes[1].

Les moines bouddhistes se rasent la tête en signe d'humilité[2].

À Rome, au début de l'ère chrétienne, le cheveu court était la norme pour les hommes. Et lorsque Jules César conquit la Gaule, dont les habitants portaient les cheveux longs, il ordonna qu'ils se coupent les cheveux.

En dehors des structures religieuses, les cheveux longs marquent fréquemment un mode de vie en marge de ce qui est toléré. Les rébellions dans l'histoire ont fréquemment suscité le port de longues chevelures, comme cela était le cas pour les Irlandais sous la domination anglaise (la longueur des cheveux indiquait clairement dans quel camp on se trouvait) ou les Maures sous la domination espagnole au moyen-âge. Dans les années 1960, les cheveux longs étaient le symbole de la génération hippie en rébellion contre les normes culturelles.

Portrait d'une femme aux cheveux longs

Il existe cependant des exceptions à cette tendance générale qui fait du cheveu court une norme pour les hommes. Les Sikhs, par exemple, exigent de leurs membres masculins qu'ils ne coupent pas leurs cheveux, même s'ils les portent cachés sous un turban. Les Nazarites faisaient de même. Samson en était un exemple et il était dit que sa force dépendait de la longueur de ses cheveux[3].

Les soldats grecs et troyens portaient les cheveux longs à la bataille (leurs héros mythologique, Zeus, Poséidon, portaient les cheveux longs) mais les grecs adoptèrent la coupe courte à partir du VIe siècle av. J. -C. [4].

Le cas des femmes

La situation est inversée pour les femmes. Les longues chevelures sont acceptées et bien perçues par la majorité des cultures alors que le cheveu court marque une opposition à la norme. Les longs cheveux sont un signe de féminité dans la majorité des cultures de tous temps. Les féministes et les mouvements de libération de la femme ont longtemps débattu de cette question pour déterminer s'il s'agissait d'un stéréotype ou d'un signe «irréfutable de féminité».

En Europe

Jusqu'au moyen-âge, les cheveux courts indiquaient la servitude et la paysannerie et les cheveux longs étaient associés à des cultures comme celles des Goths. Les cultures non germaniques percevaient ces «hommes aux longs cheveux» comme des barbares[5].

Les français et les anglais portaient cependant les cheveux longs pendant les XIe et XIIe siècles. Les chevaliers et les rois coupaient quelquefois leurs cheveux courts en signe de pénitence ou de deuil et la chevelure d'un page était plus courte que celle d'un chevalier. Les femmes mariées qui laissaient les cheveux tomber librement sur leurs épaules étaient mal vues, car cela était réservé aux femmes non mariées. Au moment du deuil, elles étaient cependant autorisées à libérer leur chevelure en signe de détresse.

En Angleterre, au cours de la guerre de 1642 à 1651, la taille des cheveux était un élément de la dispute entre cavaliers et puritains (Roundheads). Les premiers portaient les cheveux longs et étaient moins religieux, les seconds avaient généralement les cheveux courts[6]

Les poètes de la Beat generation des années 1950 portaient les cheveux assez longs, comme le faisaient certains membres de la culture gay mais cette coupe n'était pas toujours populaire. Il fallut attendre les années 1960, avec les Beatles, qui lancèrent une mode de cheveux plus longs. Les cheveux longs devinrent un symbole de la contreculture. Cette mode s'étendit à plusieurs pays occidentaux et jusqu'à l'Afrique du Sud et l'Australie[7].

Les coiffures de cheveux longs plus spécifiques, comme les dreadlocks, ont été intégrées comme des symboles de la contreculture ou de modes de vie alternatifs depuis lors[8]. Dans les années 1970, la popularité du Reggæ, et surtout celle de Bob Marley, contribua à diffuser la mode des dreadlocks dans le monde.

Dans les pays islamiques

Deux jeunes femmes Sango en Afrique

Selon plusieurs hadith, Mahomet aurait eu des cheveux modérément longs, juste au-dessus des épaules. Ibn Abbas, par exemple, rapporte que Mahomet laissait ses cheveux pousser parce que c'était la coiffure fréquemment portée par les gens du livre par opposition aux "infidèles". Mais culturellement, pour certains musulmans, l'obligation de distinguer clairement les sexes les conduit à s'opposer aux longs cheveux pour les hommes ainsi qu'à exiger de longs cheveux pour les femmes[9]. Les Talibans d'Afghanistan perçoivent les cheveux longs comme une influence occidentale et arrêtaient et rasaient les contrevenants lorsqu'il s étaient au pouvoir[10]. Dans un passé plus lointain, les bédouins musulmans portaient les cheveux longs[11].

Chez les amérindiens

Les hommes Amérindiens portaient les cheveux longs bien avant l'arrivée des colons européens. Dans les légendes cherokees, un bel homme était souvent décrit comme ayant des «cheveux qui tombaient au sol»[12].

En Afrique

Dans les cultures africaines, les longs cheveux pour les femmes ont toujours été un signe de santé, de force et de fécondité. Les femmes trop jeunes pour le mariage le signalaient fréquemment en coupant une partie de leurs cheveux. Il existe cependant quelques tribus qui portent les cheveux courts[13][Qui ?].

Afro-américains

Coiffure Afro

Au cours du mouvement des droits civiques des années 1950 et 1960, certains afro-américains comme Malcolm X conseillaient le port des coupes afros ou des dreadlocks dans l'objectif d'exprimer leur liberté et le retour aux racines africaines[14]. Plus il y a peu de temps, des universitaires ont montré qu'il existait toujours une pression sociale dans le sens de longs cheveux lisses et lustrés pour les femmes. Amelia Jones note par exemple que les poupées Barbie noires portent les cheveux ainsi[15].

En Asie

Généralement, les cultures asiatiques perçoivent les cheveux longs comme des signes de jeunesse et de féminité. Les longs cheveux sont fréquemment cachés dans des turbans ou attachés en public, parce que les cheveux sont associés à la vie privée ainsi qu'à la sexualité[16].

Au XVIIe siècle, les chinois adoptaient quelquefois les cheveux longs sous la forme d'une queue de cheval. Ceci dura jusqu'au XIXe siècle, époque où les chinois commencèrent à émigrer aux États-Unis.

Dans l'Asie du sud-est , et en Indonésie, les longs cheveux étaient appréciés jusqu'au XVIIe siècle, époque où les influences de l'Islam et du Christianisme apportèrent la tendance des cheveux courts pour les hommes.

La chevelure comme attribut sexuel

La plupart des études sur les rêves et plusieurs essais sur la psychanalyse freudienne parlent de l'acte de couper courts les cheveux comme équivalent à une castration[17].

Frigga Haug, professeur de sociologie à l'université d'Hamburg, dans son ouvrage "Female sexualization"[18] évoque les cheveux de la femme perçus comme un symbole de sa sexualité : "Les cheveux ont d'une certaine manière toujours été associés à la sexualité; des allusions et des suppositions sont faites quant à des qualités cachées que les cheveux des femmes révèleraient. Les cheveux peuvent être provocateurs, ils sont perçus comme transmettant une information"

Susan Brownmiller, une féministe, dans un ouvrage traitant de la la féminité parle d'une sexualisation des parties non sexuelles du corps de la femme, dont les cheveux : "L'acte de relâcher sa longue chevelure jusque là attachée est fréquemment interprété comme (... ) un relâchement des inhibitions, un signal de disponibilité sexuelle" [19].

Références
  1. 1 Corinthien 11.14 11.15 La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter de longs cheveux, mais que c'est une gloire pour la femme d'en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile?
  2. Croyances & laïcité De Isabelle Lévy en signe d'humilité et de renoncement au monde, moines et moniales ont le crâne totalement rasé
  3. Bible Juges 16-17
  4. Irwin, M. Eleanor. "Odysseus'"Hyacinthine Hair" dans'Odyssey'6.231. Phœnix. (Octobre 1990) p. 205-218.
  5. Bartlett, Robert. "Symbolic Meanings of Hair in the Middle Ages. " Transactions of the Royal Historical Society (1994) Vol. 4 pgs. 43-60
  6. Leach, E. R. "Magical Hair. " The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland. (July 1958) 88.2 pgs. 147-164
  7. Bronski, Michæl. The Pleasure Principle. City : Stonewall Inn Editions, 2000. pgs. 95-96. ISBN 0312252870
  8. Maynard, Margaret. Dress and Globalisation. Manchester : Manchester University Press, 2004. pg. 104. ISBN 0719063892
  9. Joseph, Suad and Afsaneh Najmabadi. Encyclopedia of Women & Islamic Cultures : Family, Body, Sexuality and Health, Volume 3. Boston : Brill Academic Publishers, 2005. pg. 35 ISBN 9004128190
  10. Rashid, Ahmed. Taliban. City : I B Tauris & Co Ltd, 2002. pg. 219. ISBN 1860648304
  11. Massad, Joseph. Colonial Effects. New York : Columbia University Press, 2001
  12. en Cherokee Mythes et Legendes
  13. Byrd, Ayana and Lori Tharps. Hair Story. New York : St. Martin's Griffin, 2002. pgs. 2-5 ISBN 0312283229
  14. Synnott, Anthony. "Shame and Glory : A Sociology of Hair. " The British Journal of Sociology 1987-09 38.3 pgs. 381-413
  15. Jones, Amelia. The Feminism and Visual Culture Reader. New York : Routledge, 2003. p. 343
  16. Maynard, Margaret. Dress and Globalisation. Manchester : Manchester University Press, 2004. pg. 104. ISBN 0719063892
  17. hair phallically images a threat of castration la coupe de cheveux peut s'interpréter comme la castrationthe cutting of hair was thought a symbol of castration by Freud"the cutting of hair may be a symbol.. of castration"
  18. Haug et al., Female sexualization : A Collective Work of Memory, London, Verso, 1987, p. 105.
  19. Susan Brownmiller, Feminity, New York, Linden Press/Simon and Schuster, 1984, p. 61.
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d'une traduction de l'article de Wikipédia en anglais intitulé «Long hair».

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cheveux_longs.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu