Chapeau

Le chapeau est un couvre-chef, devenu un accessoire de mode qu'on porte sur la tête.



Catégories :

Chapeau

Recherche sur Google Images :


Source image : www.chapellerie-traclet.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le chapeau de cow-boy : comme son cousin australien, ce genre de chapeau est particulièrement pratique pour se protéger du soleil, comme dans le cas du chapeau... (source : chapeaux)
  • C'est qu'à Paris comme partout ailleurs, le chapeau est devenu une... un autre chapeau en cuir d'agneau violet, et dont la forme reste toujours à déterminer.... (source : palpatine42.free)
  • ... Les bijoux : Ce type de chapeau est un accessoire qui suffit à ... Merci d'avoir lu " Chapeau : La tendance mini haut de forme et voilette !... (source : vivelesrondes)

Le chapeau est un couvre-chef, devenu un accessoire de mode qu'on porte sur la tête.

Coiffe médiévale (Enluminure du Codex manesse, 1320)
Coiffes et chapeaux médiévaux (Enluminure du Codex manesse, 1320)
Couronnes, coiffes et chapeaux médiévaux (Enluminure du Codex manesse, 1320)
Évolution du chapeau en peau de castor au Canada, cause de forte régression de cette espèce
Femme avec un chapeau, en 1901.

Étymologie

Le mot chapel médiéval viendrait du mot normand Cap, venant lui même de caput (tête) (le chapelet était aussi une couronne de fleurs portée autour de la tête au Moyen Âge, le dictionnaire de l'académie française de 1694 évoquant toujours «Une couronne de fleurs qu'on met sur la teste dans quelque resjoüissance, dans quelque feste solemnelle, citant : Les Prestres à la procession portoient un chapeau de fleurs sur la teste.»).
Les mots «capa», «capella» ont la même racine. Selon le Dictionnaire encyclopédique de l'Histoire de France de Ph. Le Bas[1] Chapel «dans l'origine, fut un diminutif, non pas du chaperon (comme d'autres l'ont dit.. ) mais du capuchon qui accompagnait la chape, et servait à couvrir la tête) ». Les noms donnés à certains modèles qui ne sont plus portés sont fréquemment réutilisés pour désigner d'autres formes (bibi ou capeline par exemple). Il a de nombreux synonymes, dont coiffe ou quelquefois coiffure.

Métiers et industrie du chapeau

Elle est ancienne, et en France réglementée depuis près de 1000 ans.
Les modistes créent des modèles uniques de chapeaux, prêt-à-porter, ou sur mesure.

Les chapeliers produisent les chapeaux en petites séries, et revendent aussi les modèles plus industriels.

Le formier est l'artisan sur bois qui sculpte des blocs de tilleul en différentes formes, selon la demande des modistes ou des chapeliers, pour la mise en forme des chapeaux de feutre ou de paille ou ornementé de fils d'or.

Historique

Comme le vêtement, le chapeau semble avoir eu un double rôle, de protection (contre le froid, le soleil, la pluie, les embruns, ou alors certains combats.. ) mais également d'affirmation d'un statut social (chapeau d'apparat), d'une appartenance ethnique ou clanique.. pour finalement devenir un accessoire de mode à part entière.

On n'a pas de traces de chapeau datant de la préhistoire, mais il est envisageable qu'ils aient existé.

Des chapeaux sont en tous cas portés dès l'Antiquité, dont par exemple le pétase. Les anciens évoquent le «chapeau contre le bronzage|hasle du Soleil» (Causia, Vmbella), celui de paille de blé «"fait d'espis de bled» (Corona spicea), le «chapeau de fleurs, ou Bouquet» (Sertum, Strophium), le «Chapeau de fleurs entrelassées et entassées» (Pactilis corona) ; et le «chapel de bièvre» (en peau de castor) pour lequel on a décimé les populations européennes de castor.

Et si au XVIIIe siècle, ils sont remplacés par de volumineuses perruques, les hommes continuent de les porter au bras comme avec le bicorne par exemple.

Selon le Dictionnaire encyclopédique de l'Histoire de France de Ph. Le Bas[1], il était en premier lieu une simple calotte de velours, de drap ou de feutre unie ou ornée (de fourrures, broderies, dorures ou pierreries, selon la fortune de son propriétaire)», quelquefois attachée sous le menton par deux cordons. Cet auteur cite diverses formes de toques, coiffes et bonnet semblent avoir été portées (plus ou moins réservés à certains âges de la vie), de même que des couronnes de fleurs, plus décoratives et symboliques que physiquement protectrices.

Toujours selon Ph. Le Bas ;

Peau de Castor, particulièrement appréciée depuis le Moyen Âge pour la production de chapeaux
Au Moyen Âge ainsi qu'à la renaissance, les chapeaux en peau de Castor ont été si apprécié qu'ils ont contribué à la forte régression de cette espèce en Europe, ainsi qu'au Québec et Canada où s'est portée la demande européenne

Couvre chef et apparat en Europe

On se souvient des chapeaux extravagants des élégantes du siècle dit des lumières à ceux du 19ème siècle, mais les rois et princes d'Asie et d'Europe ont particulièrement tôt acquis des chapeaux aussi complexes et plus coûteux, aux chapeliers. alors qu'aux mêmes époques dans d'autres région du monde les couvre-chef complexes fait de plumes et d'autres ornements étaient certainement depuis longtemps fabriqués et portés. Le métier de chapelier était en France déjà codifié sous Louis IX, comme le montre un chapitre du Registre des métiers[2]. A titre d'exemple la comptabilité[3], de l'an 1351 décrit pour une commande un chapeau de castor enrichi d'or, perles et émaux commandé par le roi pour «maistre Jean, le fol du roy» ;

«Baillez à Kathelot la chapellière, pour un chappel de bièvre (chapeau de castor ; bièvre est l'ancien nom du castor européen, dont la chaude fourrure a fréquemment été utilisée pour fabriquer des chapeaux) , fourré d'armines (de fourrure d'hermines) , «couvert par dessus d'un roisier (rosier ?) dont «la tige estoit guippée d'or de Chippre, et les feuilles d'or soudé ; ouvré par dessus d'or de Chippre, de grosses perles de compte et de grenas, et les rosés faites et ouvrées de grosses perles, toutes de compte, et «par les costez avoit deux grandes quintefeuilles d'or soudé, semées de grosses perles, de grenas, de pierres esmaillées et pardessus le chappel, en haut, avoit un dauphin fait d'or, tournant à vis sur un tuyau d'argent. Lequel chappel garny de boutons, de perles rondètes et menues, et orfroiriées de bisete d'or de plite et de grosses «perles, mons le dauphin commanda à l'argentier, et en chargea faire tel et d'icelle devise, pour donner à maistre Jean, le fol du roy. »

Cette même comptabilité précise plus loin que Kathelot, la chapelière a reçu cinquante ventres de menu vair qui avaient coûté 5 livres 6 sous, pour fourrer un «chapeau de bièvre» destiné au roi.

Types de chapeaux

Différents chapeaux.
Chapeau congolais.

Fabrication

Les principales techniques de fabrication des chapeaux furent mises au point au XIVe siècle et n'ont guère évolué depuis.

La prise de mesure fut révolutionnée en 1843, jusque-là les chapeaux étaient fabriqués sur des formes standard qui s'adaptaient mal à la diversité des formes de crânes. Deux chapeliers français, M. Allié et M. Maillard firent breveter un outil : le conformateur qui permettait de relever la conformation précise de la tête. La conformation des chapeaux était une étape de la vente obligatoire du fait de leur rigidité (haut-de-forme, chapeau melon, canotier). Elle était assurée par le chapelier de ville. Cet outil, essentiellement dédié aux chapeaux sur mesure, est toujours utilisé pour la fabrication de certains chapeaux de théâtre. Les formes standard sont toujours utilisées pour les chapeaux de grande distribution suivant trois conformations : l'ovale normal, l'ovale allongé et l'ovale rond.

Usage

Énormément plus qu'un moyen de se protéger des intempéries, le chapeau est un accessoire de mode permettant d'exprimer sa stature sociale.

La tradition veut que le fait d'ôter son chapeau (se découvrir) soit une marque de respect et d'humilité (du moins pour les hommes ; pour les femmes, l'usage est différent)  ; la coutume s'est répandue jusqu'à devenir un signe de salut.

En 1889, le comte de Larmandie écrivit même un guide du coup de chapeau. Selon lui le chapeau s'ôte d'un geste large, gracieux et brusque, le chapeau doit rester un instant en l'air avant d'être remis rapidement sur la tête.

Chapeau et arts du spectacle

Dans les années 1750, le chapeau est d'une telle importance dans la société qu'il fait l'objet d'un spectacle de music-hall par le mime français Tabarin. Il disposait d'un feutre à large bord ainsi qu'à calotte creuse, qu'il pliait et dépliait pour lui donner la forme des couvre-chefs à la mode en adaptant son expression au sens qu'il voulait donner au chapeau qu'il représentait. Ce spectacle disparut avec son auteur mais fut réactualisé vers 1870 par Monsieur Fusier au point que ce genre de spectacle prit le nom de chapeaugraphie et devint particulièrement en vogue dans les années 1900.

Les jongleurs et les magiciens utilisent aussi le chapeau comme accessoire. Le premier homme à avoir fait sortir un lapin d'un chapeau est Louis Comte, un comique de cour français, en 1814. Ce numéro resta à la mode pendant tout le XIXe siècle. Le chapeau melon en feutre est souvent utilisé comme instrument de manipulation en jonglerie. Le cône respectant les traditions de feutre blanc est , chez le clown, un symbole de pouvoir, planté fièrement sur le crâne, un peu de côté, certains y ajoutent même des plumes comme les clowns espagnols. Quelquefois aussi ce cône fait penser au chapeau d'Arlequin, avec des larges bords. Le chapeau de l'auguste est fréquemment mou, de forme plate, écrasé malencontreusement ou déformé par un coup de batte bien positionné. Il est de toutes façons malmené.

Vocabulaire associé
  • Bourdalou : ruban ou cordon entourant la base de la calotte d'un chapeau.
  • Pleureuses : plumes d'autruche ornant les chapeaux de dames vers 1900.

Expressions

  • Chapeau ! : Félicitations !
  • Coup de chapeau, chapeau bas, tirer son chapeau : salut, rendre hommage à quelqu'un.
  • En baver des ronds de chapeaux : action effectuée avec une grande difficulté.
  • Porter le chapeau : endosser la culpabilité.
  • Sortir du chapeau : faire apparaître comme par magie.
  • Travailler du chapeau : délirer, être fou.
  • S'occuper du chapeau de la gamine : se mêler des affaires des autres.
  • Faire un coup du chapeau : marquer trois buts consécutivement dans un même match de football.

Personnalités

Personnages de fiction

Références
  1. abc L'Univers, ou Histoire et description de l'ensemble des peuples, de leurs religions, mœurs, coutmues, etc. Dictionnaire encyclopédique de l'Histoire de France, tome IV, par M. Ph. Le Bas, Membre de l'Institut, page 498 (article Chapeau)
  2. Ouvrage rédigé en 1260, par Etienne Boileau, prévôt de Paris
  3. d'Etienne de la Fontaine, argentier du roi Jean

Liens externes

Bibliographie

  • Colin McDowell, Le chapeau et la mode, des origines à nos jours, édition Celiv, Paris, 1992, 224 p. (ISBN 2-86535-208-0)


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chapeau.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu